mortagnesursevre

mortagnesursevre

Guédon (Henri): Carnet de guerre, 1870

Henri Guédon face aux Prussiens

(carnet de guerre, 1870)

 

    Henri Guédon, cultivateur au Puysembert (Chambretaud) fut enrôlé le 17 août pour se retrouver quelques jours plus tard  face aux lignes prussiennes qui encerclaient Paris. Les enjeux semblent le dépasser; il est plus concerné par le prix du beurre et de la viande que par les actions militaires auxquelles il ne comprend rien.

 

 

    Henri Guédon, propriétaire cultivateur au Puyssimbert, canton de Mortagne-sur-Sèvre, arrondissement de Napoléon, département de la Vendée, garde mobile arrivé aux Herbiers le 17 août où j'ai resté 3 jours, arrivé à Napoléon le 19 août. Là j'ai resté depuis le 19 août jusqu'au 13 septembre à 10 heures du matin et je suis arrivé à Paris le 14 à 7 heures du matin où on nous a conduit à la place Saint-Sulpice où on nous a donné à chacun un billet de logement. J'ai logé pendant huit jours rue de l'Ille n° 4 et pendant ces huit jours nous avons reçu 1fr. 50 par jour.

 

********************* 

 

    Nous sommes ensuite partis le 22 septembre pour aller au fort d'Ivry. En partant nous croyions aller nous battre, aussi les larmes me tombaient des yeux et plus d'un camarade comme moi, mais nous nous sommes mis à chanter: "en avant, marchons camarades, l'ennemi nous attend là-bas, il tremblera en voyant nos cocardes, marchons au pas soldats, ne pleurons pas", de sorte que je n'ai plus eu envie de pleurer quoique nous entendions les coups de canons qui se succédaient presque par intervalle. Après être arrivé, j'ai vu ce que je n'avais jamais vu de ma vie, toutes les maisons vides et le peu qui restait était emporté et brisé par les mobiles. Ca faisait pitié. Au soir, nous avons couché sur la terre, sans couverture, la tête sur notre sac en guise de chevet. Je commençais à dormir parce que j'étais bien fatigué. Tout à coup, une alerte arrive et nous sommes obligés de nous lever au galop, de mettre notre sac avec toute notre batterie de cuisine et de partir au devant de l'ennemi, et sans mener le moindre bruit nous arrivons à une brasserie de bière très importante où il y avait quatre routes qui y arrivaient. C'est là que nous faisons halte. Nous passons le reste de la nuit à monter la garde. Je vous promets que je l'ai trouvée bien longue cette nuit et encore ce n'est que le commencement, sans savoir quand la fin arrivera. Le matin, nous entrons  à la brasserie. Je ne pourrais jamais vous dire les entreprises qu'il y a là. il y a, je pense, plus de vingt souterrains qui ont chacun 50 mètres de long au moins et qui sont tous remplis de bière.

 

      Cette brasserie appartenait à un Prussien qui est parti et qui a tout laissé nous avons resté plusieurs jours à cette brasserie c'est-à-dire que nous avons été depuis le 23 septembre jusqu'au 30 Nous partons à une heure pour aller nous battre nous arrivons au fort de Bicêtre et nous passons outre. Au-delà de la redoute du Moulin Saquet la bataille se livre les prussiens sont dans le bas des redoutes qu'ils ont construites nous descendons à travers des vignes nous tombons plusieurs fois par terre en passant à travers les broussailles et pourtant nous sommes gais nous ne savons encore pas ce que c'est que la guerre mais nous allons bien l'apprendre Tout à coup tout le monde se jette par terre qu'est-ce-qu'il y ? C'est une décharge qui passe heureusement au-dessus de nous parce que nous étions couchés Il y a une balle qui m'a rasé la tête tout de même Aussi je n'avais jamais eu si grand peur c'était la première fois que j'entendais siffler les balles à mes oreilles. Ah! je ne savais pas ce que c'était que la guerre je m'en vais l'apprendre et bien d'autres comme moi je vous l'assure Nous continuons à marcher en avant nous arrivons dans un trou pour en sortir il faut monter au moins dix pieds de haut il y en a un qui tire par les deux bras tandis qu'un autre pousse au derrière je perds mon sabre je pense que c'est en grimpant pour sortir de ce trou nous courons en avant comme des enragés quoique nous soyons tous à jeun et trempés de sueur. Si nous avions eu un verre de vin là je ne sais combien nous l'aurions payé.

 

   Tout à coup, un cri de détresse nous arrive et nous étions dans un petit chemin creux. Si par malheur l'ennemi était arrivé jusqu'à nous nous étions perdus. Nous voyions ces pauvres blessés qu'on emportait. Nous retournons sur nos pas si vite que nous passions les uns par dessus les autres. Mais tout à coup l'ordre reparaît parmi nous. Nous continuons de marcher en avant et nous sommes chargés de défendre l'artillerie tandis qu'elle faisait feu. Nous étions placés dans un petit bas entre l'artillerie et les Prussiens. c'est là que j'ai entendu ronfler de ces bombes qui passaient sur nos têtes, qui allaient éclater à quelques pas de nous. Tous les soldats battaient en retraite et nous, nous restions au même poste. Si malheureusement les prussiens avaient fait cent pas à gauche, toute notre compagnie était perdue. Nous rentrons enfin en bon ordre à la redoute du Moulin Saquet et bien fatigués d'entendre siffler autour de nos oreilles. Nous restons à cette redoute plusieurs jours à monter la garde jour et nuit. De là, nous allons passer la nuit tout prêt du fort de Bicêtre à une boucherie de chevaux; il y en avait 7 ou 8 de morts d'un coup et ça ne sentait pas très bon, aussi je vous promets que nous n'avons pas bien dîné tandis que nous y avions été et plusieurs jours après nous ne pouvions pas manger de cette viande, mais nous nous sommes bien accoutumés à en manger à force de manger du pain sec. A présent nous continuons à courir d'un endroit à l'autre, de la brasserie à la redoute, obligés de partir en la force du chaud et de coucher dehors avec notre chemise mouillée. Nous allons ensuite à Ivry, petite ville à peu près déserte pour le moment à cause de la guerre. C'est là qu'on fabrique des orgues. Nous retournons encore à la redoute du Moulin Sacquet d'où nous partons pour aller à Vitry, ville toute abandonnée où les prussiens ont habité une journée, mais ils ont été mis dehors tout de suite. Nous y passons 3 nuits après lesquelles nous avançons monter la grande garde à peu de distance des Prussiens. La nuit, comme j'étais à monter la garde sur une ligne de chemin de fer, il faisait très noir, je ne voyais absolument rien, tout à coup j'entends pon! pon! pon! et les balles siffler autour de ma tête. Le camarade qui n'était pas loin de moi crut voir quelque chose qui se sauvait et il fit feu. La nuit passée, après avoir eu grand froid toute la nuit car nous n'avions pas la permission de dormir une minute et il tombait un fort brouillard toute la nuit qui n'était pas bien chaud, nous retournons à Ivry où nous sommes bien fatigués d'être. Le 15 octobre, nous partons pour paris, nous étions tous bien contents d'y retourner car depuis que nous étions sortis nous ne nous étions pas déshabillés et nous avions presque toujours couché dehors. Nous croyions aller aux noces mais nous avons été bien trompés. En dehors de paris, nous recevions 5 sous par jour et nous étions nourris, nous trouvions du potage pour faire de la soupe tant qu'il nous en fallait mais quand nous avons été arrivés sur le Champ de mars, nous trouvions ni choux ni rien du tout de sorte qu'il fallait acheter des choux pour mettre en la soupe, bien cher, le bois pour la faire cuire, un sou la livre. Ce n'était pas amusant. La plupart n'avaient plus de pain et plus d'argent et quoiqu'on aurait eu de l'argent on ne peut avoir tout ce qu'on veut. cela a duré 2 ou 3 jours pendant lesquels j'ai mangé mon pain sec et bu de l'eau. Au bout de ce temps-là on a pris à faire la cuisine, ensemble, toute la compagnie nous avons à peu près ce qu'il nous faut de pain et de viande mais nous ne recevons qu'un sou par jour. ceux qui n'en ont pas d'autre ne peuvent guère boire le coup car le vin rouge vaut ici 16 sous et le vin blanc 1 franc. Encore le vin rouge n'est pas bon mais le vin blanc est de première qualité, mais c'est bien chaud 1 fr. le litre.

 

    Le jour, le temps ne me dure pas parce que nous faisons l'exercice très long(temps,) quend il fait beau, mais c'est la nuit qu'on trouve si longue, couchés sur la planche. Quand on s'éveille, les os font mal et quand il tombe de l'eau, les barraques où nous sommes sont si mal couvertes que l'eau tombe  sur nous comme si nous étions dehors. Dimanche 23 octobre, après avoir été à la messe, je vais me promener au Jardin des plantes. C'est là que j'ai ouvert les yeux. Je ne saurais dire tous les ouvrages et tous les oiseaux de toute espèce qu'on y voit, perroquets et aigles etc... des ours, des lions, des éléphants, des chameaux, des sangliers, des tigres etc... Si je voulais dire tout ce que j'ai vu, je remplirais mon cahier, je ne puis pourtant pas m' empêcher de dire que j'ai vu un baleine qui a 14 mètres de longueur. Après m'être bien promené, j'ai traversé la Seine deux fois sur un pont de fil de fer. Quand on est dans le milieu on balance pas mal. Je monte ensuite dans un bateau à vapeur et j'arrive au Champ de Mars pour manger la soupe, après quoi nous recevons l'ordre de partir. Le lendemain matin, lundi à 5 heures et demie nous partons et nous arrivons à 9 heures et demie au fort d'Issy, à la redoute de Clamart où nous restons 24 heures à monter la garde toute la nuit. Je n'ai pas dormi. Il ne cessait pas de passer toute la nuit. Le lendemain mardi, nous ne pouvons pas faire l'exercice mais nous faisons la théorie dans les chambres... Jeudi 27, nous faisons l'exercice dans la boue jusqu'à la cheville... Vendredi 28, rien d'extraordinaire. Samedi 29, on nous donne les capottes. Dimanche 30, nous passons la revue du docteur et du commandant. C'est le beau-frère de Mr de Laborde de Boignard. Lundi matin, nous partons à 9 heures du Champ de Mars chargés de nos sacs et de vivres pour 5 jours. Après midi, nous arrivons bien crottés au boulevard de l'hôpital. Au soir, nous recevons l'ordre de partir à dix heures. Nous partons pour aller à l'Hotel de ville où les gardes nationaux et les mobiles avaient failli se battre, rapport au général Crochu. Nous arrivons à minuit à l'Hôtel de ville environ quatre-vingt dix mille hommes, soldats et mobiles. Si les gardes nationaux avaient bougé je crois qu'ils auraient été bien reçus. Nous passons la nuit à attendre sur place. A 4 heures, nous retournons à nos barraques où nous arrivons à 10 heures. C'est le jour de la Toussaint. je vais à la messe à l'église de Saint Marcel. Si les Mobiles n'y avaient pas été, il n'y aurait peut-être pas cent hommes. Nous passons le reste de la journée à faire la théorie dans les chambres jusqu'à 4 heures du soir, après quoi nous soupons à neuf heures. Nous partons encore. Nous allons jusqu'à l'Hôtel de ville et à minuit nous revenons à nos postes. Voilà ce qui est la cause de cette comédie, c'est que lundi les Gardes Nationaux en passant auprès des Mobiles en criant: "Vive la République" et les mobiles de répondre par le cri de "Vive Crochu, à bas la Commune, sans Crochu nous ne voulons pas combattre". Ces paroles prononcées avec plus ou moins de chaleur firent que dans la soirée il y eut un petit engagement entre les gardes nationaux et les Mobiles et à présent on craint qu'ils se révoltent et voilà pourquoi il faut marcher toutes les nuits. Le 2 octobre, rien de remarquable. Le 3, élections. Nous allons voter et en revenant nous passons au marché. Je vois vendre des choux-pommes jusqu'à 2 fr. la pièce, de la salade 0 fr. 50 centimes la pomme, des oignons 15 sous le litre etc. le 4, vendredi, on fait l'exercice Boulevard d'Italie et nous avons grand froid. Jeudi, nous restons à nos barraques parce qu'il tombe de la neige tout le jour. Vendredi 11, nous changeons de demeure. Nous allons Boulevard des Gobelins. Samedi 12, je vais au lavoir public. C'est une belle invention. 13, dimanche, revue générale par le commandant, le colonel et le général. Nous avons eu grand froid en attendant. Le soir, je retourne au Jardin des plantes. c'est impossible de dire tout ce qu'il y a, il faut le voir. J'ai vu sur le journal qu'il y avait passant 27000 chats de tués et mangés à Paris. vendredi on a tué un chien et on l'a mangé. A présent toutes sortes d'animaux, mulets, ânes. Dans tous les logements où il y avait des boeufs, ils sont vides, aussi la viande est très chère. On a dit qu'il s'était vendu une oie 52 francs et j'ai vu un lapin qu'on voulait vendre 25 francs. Nous avons à présent gros de viande comme une noix par jour, ce qui fait que nous sommes obligés de manger notre pain sec le plus souvent. Le lundi 14, exercice comme d'habitude. Mardi, jeudi 16, nous allons faire la manoeuvre au Luxembourg en présence du commandant et du général. j'ai vu aussi une petite voiture attelée de deux chêvres, c'était drôle. Vendredi, j'ai été conduire un camarade à  l'hôpital de Bicêtre. Samedi, nous partons à 10 heures et nous arrivons à midi à Montrouge où nous campons. Quand nous avons été arrivés, les mobiles ont fait cuire un chat. C'est le premier, espérons que nous le trouverons bon. Dimanche 20 novembre à 1 heure, nous partons à l'exercice dans une grande plaine où il ne fait pas très beau. Le fumier était mis tout près pour faire du froment dans un terrain mouillé presque en guéret. Nous étions dans la boue jusqu'à la cheville. Au soir, nous assistons à une cérémonie. Tous les Mobiles ensemble chantent les Vêpres de la Sainte Vierge. Le lendemain matin à 5 heures et demie, une bonne partie vont à la sainte Communion. C'était admirable de voir tous ces mobiles. Jamais de la vie je n'avais vu une chose pareille. Tandis que nous étions à la messe, on battait le rappel. On sort au galop de l'église, on monte dans sa chambre, on prend son fusil, son sac et ses cartouches et nous sortons dehors sans manger jusqu'à 1 heure. Nous retournons au même endroit de hier faire l'exercice. Il n'y avait pas une demie heure que nous étions arrivés qu'il prend à mouiller averse. Nous retournons à nos logements qui sont à une demie lieue du champ de manoeuvre et nous ne sommes pas secs. Lundi 21, mardi 22, de grande garde. Nous sommes partis à 5 heures du matin et nous arrivons à 7 heures dans un endroit mouillé plein de terre jaune qui collait tout le long de la cheville. Nous avons passé là 24 heures. Nous voyions les Prussiens qui étaient aussi à monter la garde tout le jour. Ca n'allait pas fort, mais toute la nuit ça été bien pire. Pas la permission de dormir et il faisait froid. Du reste il avait mouillé au matin et voilà ce qui a fait que nous n'étions pas secs mercredi 23. Exercice jeudi 24. idem vendredi.  Tir à la cible samedi 26. Exercice dimanche 27. Lundi 28, nous partons à 3 heures du matin. Nous étions debout, c'était drôle et triste tout à la fois. Il fallait faire du feu sans faire de lumière et c'était pas possible. Nous arrivons au bois de Vincennes à 1 heure après-midi. Il y avait le quart qui restait derrière. Tout le monde était moitié mort avec sa chemise trempée. Il a fallu coucher dehors sur des feuilles et des broussailles dans un bois comme des loups et de dormir, pas possible. Le froid nous glaçait. Dès 3 heures, nous étions debout pour faire du feu mis pas la permission tout le jour dans le bois. Le 29, nous restons dans le bois. Le 30 novembre à 6 heures, nous partons et à 7 heures nous arrivons au champ de bataille. Nous étions auprès de l'artillerie. les bombes et la mitraille tombaient auprès de nous comme la grêle. A 10 heures les Prussiens sortent du village de Champigny et se retirent à quelques centaines de pas dans leurs redoutes. Nous avançons sur eux. On nous commande de monter à l'assaut. Nous avançons mais la mitraille, les bombes et les balles nous reçoivent pas mal. Notre colonel est fait prisonnier. Notre commandant est blessé. C'est le meilleur de tous nos chefs. Notre adjudant major est tué. Notre capitaine est blessé. Notre lieutenant blessé. Deux sergents bmessés et à peu près une vingtaine de mes camarades blessés. On bat la retraite. Nous revenons dans le village camper. La nuit est bien longue quand on est si mal couché. depuis six heures du matin après avoir pris le café, c'est tout ce que nous avions dans le corps pour nous battre tout le jour jusqu'à 5 heures du soir. La nuit se passe là. Jeudi 1er décembre, on ramasse les blessés. Nous visitons les environs de Champigny. C'est tout à fait du bon terrain. Il y avait des choux, des navets superbes et des pommes de terre grosses comme les deux poings. Les Prussiens ne devaient pas être malheureux pour vivre et pour le coucher ils couchaient sur des paillasses et dans les maisons tandis que nous autres nous couchons tout le temps dehors et sans la moindre couverture. Aussi, il faut les voir auprès de nous comme ils ont bonne mine. Le vendredi 2 décembre, les Prussiens nous attaquent et surprennent les avant-postes. C'est une débandade effroyable qui commence. A six heures du matin, nous n'avions pas encore fini de prendre le café. Tout le monde sort au galop. Un laisse son sac, un autre son fusil. Quelques-uns même laissent tout pour se sauver. Moi, je perds mes vivres. Je reste avec un biscuit pour deux jours. Ce n'était pas joyeux pour moi. Tout le jour on se bat avec acharnement jusqu'à la nuit. Les morts couvraient tout le terrain. La nuit se passe en gelant très dur et nous étions dehors. Samedi matin 3 décembre, la fusillade recommence à six heures avec fureur et dure à peu près deux hures. Vers midi, nous recevons l'ordre de retourner au bois de Vincennes où nous couchons sur la feuille gelée. Le dimanche soir, même répétition. Dans la nuit, nous sommes obligés de nous lever pour nous chauffer sinon nous aurions gelé. Le lundi, nous rentrons à Paris à la gare du chemin de fer de Lyon. Nous y restons le mardi 6 décembre, le mercredi 7, le jeudi 8 décembre. Il fait toujours de plus en plus froid. Le vendredi, il tombe de la neige. Le samedi 10 au matin, les pompes étaient gelées. A midi revue par notre nouveau colonel. Lundi 12, verglas. Mardi 13, il a gelé mouillant. A cette heure beaucoup de boulangeries sont fermées vu qu'il n'y a plus de farine, aussi les habitants de Paris mangent ce qu'ils attrapent, chats et chiens. On les tient par la corde en se promenant dans les rues car ils sont volés. Les oeufs se vendent jusqu'à 18 sous l'oeuf. le 19, je suis au poste. J'ai 15 hommes à changer toutes les deux heures. j'en ai pour trois quarts d'heure à chaque fois. Toute la nuit, je ne dors pas. On commence à manger le chameau et l'éléphant. Le 21, on se bat, heureusement nous n'y allons pas et pourtant nous ne sommes pas en sûreté à Paris. Les Prussiens commencent à parler de mettre le feu à l'Hôtel de ville si cela ne finit pas bientôt. Du 21 au 27, pas de changement. Il gèle, il tombe de la neige. Il fait si grand froid que les factionnaires gèlent la nuit. Le 27 on nous fait sortir de la gare de Lyon pour aller aux Tuileries. C'est un superbe palais, personne ne peut comprendre le logement qu'il y a là-dedans. Le 28 au matin, le froid était encore plus fort. Le vin qu'on a distribué n'est plus qu'une glace. A 2 heures après-midi, revue du colonel. le dimanche, jour du premier de l'an, je vais à la messe dans l'église où Badinguet allait. Après la messe, je sors en ville. On entend le bruit du canon qui bombarde nos forts. On m'a dit qu'il y avait trois éléphants de vendus pour 27000 francs. Et pour la boucherie, ce doit être bien cher la livre quoiqu'ils  sont bien gros. Le 18, on part pour aller se battre à Montretout. On arrive au soir bien tard. Le 19, jour de bataille, les balles font un affreux sifflement dans la boue jusqu'à la cheville. On était bien fatigués. Le 20, on retourne aux Tuileries. L'amnistie a lieu le 22, dimanche. Au soir, révolution à l'Hôtel de ville. Plusieurs tués et blessés. A partir du 19, le pain est noir. Il y a de la paille, du foin dedans et il est à moitié cuit. Il est impossible d'en manger sans en être incommodé et on est rationné à 300 grammes chacun par jour. Cela dure jusqu'au 12 février.

 

 

 

   Dans les derniers jours  de février, l'agitation est grande à Paris. Les Parisiens veulent se révolter. La nuit, ils battent le rappel. Le dimanche 26 février, ils portent des couronnes à la Bstille en faisant un bruit épouvantable, en disant qu'il ne restera pas un Prussien s'ils rentrent à Paris. Le lundi et le mardi, même chose, mais le mercredi que les Prussiens entrent à Paris, les parisiens ne font pas trop de bruit. Ils sont bons quand on ne voit rien, mais à la moindre résistance, ils reculent facilement. Le lundi 27 février, nous sortons des Tuileries pour aller à la caserne du Prince Eugène. Nous trouvons toutes les chambres en la plus grande saleté. Tous les jours, il faut 30 ou 40 hommes de corvée pour nettoyer. Ensuite, il en faut à demi les jours 20 pour les vivres, ce qui fait que toute la compagnie est obligée d'aller tous les jours de corvée et c'est moi qui étais de semaine. Pour le coup, il fallait que je descende en bas au moins 20 fois par jour et ce n'est pas un amusement car nous sommes au 4ème étage. Le 8, on nous retire nos bidons et nos grandes gamelles, nos effets de campements. Le 9, nous avons rien pour faire la soupe, rien pour faire cuire la viande de sorte que nous ne sommes pas heureux. Pas de café. Le 10 au soir à 19 heures, nous partons pour la Vendée. Nous arrivons à Nantes le 11 au soir et nous y passons la nuit sans dormir. Le 12, nous arrivons à La Roche-sur-Yon et le 13 j'arrive enfin chez nous.

 

       Guesdon Henri

 

Le cahier se termine par les notes suivantes 

 

  Le siège de Paris

Une livre de beurre est vendue 60 francs

Une livre de lard vendue 25 francs

Une livre de jambon vendue 50 francs

Une livre de viande de chien vendue 8 francs

Une oie vendue 150 francs

Une poule vendue 50 francs

Un lièvre vendu 80 francs

Un lapin vendu 60 francs

Une dinde vendue 190 francs

Un poulet vendu 50 francs

Un chou-fleur 15 francs

Un chou ordinaire vendu 18 francs.

 

Fin

  

Texte recueilli à partir d'un vieux cahier d'écolier appartenant à Monique Audrain, 24 rue Notre Dame, Chambretaud



16/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour